Immobilier à Paris : jusqu’à où va aller la hausse des prix ?

Le prix de l’immobilier à Paris ne cesse de grimper ces dernières années. En ce moment, la barre des 10 000 euros le m² a été éteinte. Sur 10 ans, la hausse des prix de l’immobilier est de 62,5 % et de 8 % sur un an. C’est une évidence, l’accès à la propriété est de plus en plus difficile dans la capitale. Tout de suite, on vous décortique le marché immobilier à Paris.

Une hausse des prix de l’immobilier de 248 % depuis l’année 2000

Au second trimestre de l’année 2019, Paris affiche le m² en moyenne au prix de 9 890 euros, mais il existe de grandes différences suivant les arrondissements et même les quartiers. Dans le 1er arrondissement, c’est 12 360 euros alors que dans le 19ème, c’est 8 220 euros, et c’est encore plus cher dans le VIème arrondissement avec le m² à 13 920 euros, à Odéon, c’est 17 040 euros. Parmi les quartiers moins chers, il y a La Chapelle avec le prix au m² de 7 470 euros. À noter que 60 % des arrondissements à Paris est à plus de 10 000 euros le m². Sur la base d’une année, le prix de l’immobilier à Paris a connu une augmentation de 6,3 %. Au premier trimestre de l’année 2014, le prix moyen était de 8 130 euros, une hausse de presque 2,7 %. Depuis l’année 2009, il a connu une hausse de 57 %. Ainsi, les propriétaires qui ont acquis leur appartement à Paris au début du siècle à 2 840 euros le m² ont vu la valeur de leur bien prendre 248 %. Cette incroyable hausse n’est pas prête de s’arrêter puisque la pression immobilière dans la capitale est assez forte. En effet, on constate qu’il y a 26 % des acquéreurs de plus que de vendeurs. Pour les prochains 12 mois, les experts du marché immobilier à Paris estiment une hausse de prix de 6 %. Pour le mois d’octobre, ils tablent sur un prix au m² de 10 280 euros.

Les conséquences de la hausse des prix de l’immobilier à Paris

L’augmentation des prix de l’immobilier dans la capitale a un impact sur les Parisiens. En raison de ce phénomène, il y a de moins en moins d’employés et d’ouvriers à Paris au profit des professions avec un fort pouvoir d’achat. Les chiffres annoncent qu’entre 2007 et 2016, le nombre d’ouvriers a connu une baisse de 17 % (de 97 000 à 80 000) et le nombre d’employés de 9,7 % (245 000 à 230 000). En contrepartie, le nombre de commerçants, d’artisans et de chefs d’entreprise a connue une belle hausse de 11 % (55 000 à 69 000), et celui des professions intellectuelles supérieures et des cadres de 7,9 %. Il faut aussi noter que les familles avec enfants qui cherchent un important espace désertent la capitale. La majorité des Parisiens ne peuvent avoir qu’un 22 m², mais seulement 24 % de la population peut s’acheter un 36 m². Ainsi, en l’espace de quelques années, le nombre de couples avec enfants est passé de 780 900 à 754 000, une baisse de 3 %. D’après une enquête de l’Insee, Paris perdra d’ici 5 ans 60 000 âmes.

Pour pouvoir acheter un bien immobilier dans la capitale, il faut avoir un revenu minimum d’environ 12 177 euros par mois. En effet, le prix du bien immobilier sans les frais de notaire et d’agence est de 1 140 000 euros, avec les frais de notaire et d’agence, ça atteint 1 305 000 euros. Les mensualités du prêt sur 20 ans sont environ de 6 500 euros, c’est sans assurance de 1,33 %. C’est devenu trop coûteux même pour les foyers avec des revenus confortables.